Plats

Jusqu’au 17/09/2013, ma recette de boeuf bourguignon fait toujours un tabac.

Pour ceux/celles qui voudraient l’essayer, voici la recette. Je mettrais des photos d’illustration quand j’y penserais 😉

Ingrédients pour 4 pers

  • Morceaux de bourguignon (200g / pers)
  • 2 oignons moyens
  • Clous de girofle
  • Nuoc Mam
  • Farine
  • Jus de Citron
  • Sucre
  • 1 boite de concentré de tomates
  • Tomates pelées entières
  • Carottes
  • Vin rouge (entre 5€ et 7€)
  • Poivre, Gingembre, Coriandre
  • 1 cube bouillon de boeuf

Mode opératoire

  • Déshabiller les oignons
  • Implanter des clous de girofles dans un des oignons et émincer l’autre
  • Découper les morceaux de bourguignon en cube de la taille de votre choix
  • Préparer la marinade pour le boeuf : Nuoc Mam, jus de citron, sucre et épices (poivre, gingembre, coriandre). Incorporer le boeuf et bien mélanger. Ajouter deux cuillères à soupe à château de farine. Laisser reposer.
  • Eplucher les carottes et les découper en demi-rondelles
  • Dans une cocotte-minute, mettre les oignons, les carottes, les tomates pelées entières, la boite de concentré de tomates, le cube bouillon de boeuf puis le boeuf mariné
  • Remplir la cocotte-minute avec le vin rouge jusqu’à recouvrir toute la viande
  • Mettre la cocotte-minute sous pression
  • Une fois sous-pression, baissez le feu et laisser mijoter pendant 20 minutes

Si vous n’avez pas de cocotte-minutte, la durée est plus longue pour mijoter : environ 2h

J’aime bien les mélanges salé-sucré surtout avec le canard. Cette viande se prête bien à ce genre de mélange.
J’avais idée de faire des pommes dauphines à la pomme mais cela n’a pas fonctionné. A vrai dire, je ne me suis pas renseignée sur comment faire des pommes dauphines. Selon moi, il s’agissait d’une purée sculptée. Découvrir la suite...

Des plats mélangeant les saveurs exotiques et traditionnelles sont plus nombreux que nous pouvons le penser.
J’ai alors tenté ma chance en y ajoutant un de plus à cette liste : « Purée de carottes butternutt et porc au teryaki »

Découvrir la suite...

 

 

source : @www.marishka-moi.com

Une recette typiquement hivernale !

 

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est une croziflette, il s’agit simplement d’une tartiflette dans laquelle on remplace les pommes de terre avec des crozets.

Les crozets sont des pâtes, d’origine Savoyarde à priori, qui ont la particularité d’être carré. Cela faisait plusieurs fois qu’au moment des commissions, la boite de crozets nous faisait de l’oeil ;p

Lors de la réception des premiers paniers bios de l’automne, j’ai découvert le butternutt (en français doubeurre).
Pour ceux qui ne connaissent pas cette courge, voici le lien vers l’article wikipédia pour en savoir plus : la doubeurre 

Les recettes que je trouvais sur le net ne me plaisaient guère alors je me suis lancée à l’aventure. J’ai opté pour une cuisson au lait de coco.
Je me suis dit que cela devrait bien accompagner du gigot d’agneau.

Découvrir la suite...

Parmi les plats de pâtes classiques, les spaghettis à la carbonara. Une recette assez facile à réaliser mais dur à réussir !

A la Trattoria, restaurant italien à Levallois Perret, on y trouve les meilleures spaghettis carbonara que j’ai jamais mangés. Les pizzas y sont bonnes aussi, mais je n’ai pas retrouvé le charme de celles que j’avais pu manger en Italie (Venise, Florence, …).
Sans doute est-ce dû à la recette utilisée. En effet, vous trouverez un nombre important de recette des spaghetti à la carbonara : version avec des champignons, la plus classique version avec crème fraîche et quelques recettes authentiques (assez rares).

Personnellement, je n’ai cuisiné que deux versions sur les 3 (champignons, puis crème fraiche avec ou sans oignons selon les humeurs).
Il faudra que j’essaie la recette authentique : comprendre version sans crème fraiche, juste des pâtes, des oeufs et de la charcuterie. Après on trouve quelques variantes de cette recette authentique (laurier, vin blanc, martini, etc.).

J’essaierai cette recette la prochaine fois : une recette donné par un internaute parti à Rome.

De mon point de vue, l’important n’est pas dans la recette utilisée mais dans la texture de la crème. Elle doit être onctueuse et fondante sans plomber l’estomac tout en rassasiant son monde !

Les premières fois que j’ai fait des pâtes à la carbonara, c’était échec sur échec ! Les oeufs coagulaient dans la crème liquide. Du coup, cela faisait plus omelette brouillée que crème carbonara. Puis ajouter les oeufs dans la crème froide, c’était plus pratique mais incorporer les lardons chauds aidait à la coagulation des oeufs ou alors le mélange chaud-froid n’était pas agréable en bouche.

A force d’expérimentation, je me suis un peu améliorée : mes oeufs ne coagulent plus 😀
En fait, les lardons sont poêlés puis réservés pour éviter que cela soit trop gras. Je fais chauffer la crème semi-épaisse sans la faire bouillir. Je l’assaisonne (sel, poivre et muscade) et la mets dans un saladier en inox bien froid. Une fois que la crème est moins chaude, j’incorpore les jaunes d’oeufs et mélange énergiquement au fouet afin que les jaunes n’aient pas le temps de coaguler. Je rajoute ensuite les lardons, le parmesan puis les pâtes cuites.

Il ne reste plus qu’à servir !

Comme d’habitude, si vous avez besoin de proportions, regarder les recettes sur Internet. En général, je pars de cela puis je customise 😉

C’est l’été et donc l’époque des salades composées.

Il me restait du tzatziki au frigo et il fallait trouver une manière de le manger.

J’avais utilisé 3/4 du pot dans un plat de pâtes pas très fameux (spaghetti, saumon fumé, citron et tzatziki).

L’une des meilleures manières de manger le tzatziki reste la tartine.
J’ai donc opté pour des tartines de tzatziki incorporées dans une salade composée : salade, tomates, maïs, concombre sur laquelle j’ai juste ajouté un filet d’huile d’olive comme assaisonnement. Puis, comme il restait du jambon, je les ai mis sur la tartine en roulé pour éviter que cela fasse « sandwich » et donner un peu de volume aux tartines.

Photo du résultat :

Que faire avec des blettes ?

En général, les blettes se transforment en gratin, en clafoutis, en tarte ou simplement en accompagnement. J’avais envie de changer un peu la présentation de ce légume qu’on achète rarement en supermarché.
J’avais déjà essayé la poêlée de blettes pour accompagner de la dinde (cf. Blettes et steak de dinde)

Vu la forme des feuilles, je me suis dit : « pourquoi ne pas en faire un sorte de mille feuilles / lasagne ? »

Pas dans un plat de lasagnes car les feuilles ont beau être grandes, elles ne sont pas assez larges et nombreuses pour en faire des lasagnes. J’ai donc opté plus pour une présentation en mille feuilles.

Comment procéder ?

  • Séparer le blanc du vert des feuilles de blettes. Conserver le vert pour en faire une soupe ou autre plat
  • Faire cuire le blanc à la vapeur
  • Faire une sauce blanche (farine + lait)
  • Faire cuire la viande. J’ai passé les côtes de porc à la poêle
  • Prendre un moule carré pour mousse ou alors couper les blancs en rectangle pour avoir des tailles homogènes. J’avoue que pour ma part, ce n’était pas bien réussi
  • Assembler : 1 rectangle de blette, un peu de sauce blanche, puis ajouter le viande. Ou une autre version : 1 rectangle de blette et ajouter mélange de sauce blanche avec viande. Puis recommencer pour avoir plusieurs étages

 

 

Que faire quand on n’a pas envie de passer des heures en cuisine ?

Plusieurs possibilités :

  • Aller au restaurant (bon moyen pour alimenter mon blog sur les restos)
  • Commander à emporter ou livraison
  • Cuisiner un truc rapide

Un midi pendant mes vacances de novembre, j’ai opté pour un plat de pâtes. Puis, plutôt que d’ajouter une de ces sauces industrielles, j’ai plutôt opté pour faire une sauce maison.
En plus, cela tombait bien : nos plants de tomates cerises regorgeaient de belles tomates oranges et rouges. Découvrir la suite...

A l’origine, je voulais faire des « mini-lasagnes » de courgettes et aubergines pour accompagner de la volaille mais cela n’a pas marché comme attendu. Découvrir la suite...