Suite à une visite chez mes beaux-parents et mon engouement pour le kirigami pour faire des cartes, j’ai récupéré un carton de scrapbooking. Ce carton renferme tous les objets relatifs aux faire-part de notre mariage que nous avions confectionné nous-même (130 réalisations manuelles au bas mot à quatre mains).

En déballant ce carton, plein de souvenirs sont revenus à la surface. Autant les partager pour revivre ces moments de bonheur 😉
Puis le net a encore gardé trace de notre blog pour l’évènement pour ceux qui voudraient (re)découvrir les détails : http://monmariageenblog.blogspot.fr

Tout d’abord, une fiche d’identité de l’évènement

Identite_Mariage

Après avoir fait le tour des boutiques sur le thème du mariage, nous n’avions pas trouvé notre bonheur au niveau des faire-parts. Alors, nous nous sommes lancés dans l’entreprise de les faire nous-même.
Avec le recul, nous sommes contents de les avoir fait, mais nous avions un peu sous-estimé l’effort à fournir pour faire une bonne centaine de cartes malgré le processus conçu spécialement à cet effet.

Nous voulions une carte sublime et originale, dans les couleurs du mariage, reflétant bien le thème, et pas trop compliqué à faire. Rien que ça ! Les mariés sont souvent exigeants ! Après tout, c’est leur journée et ils veulent qu’elle soit mémorable pour tous ! Il fallait également que la carte possède tous les renseignements nécessaires pour les invités.

Bilan des courses :

art_du_papier

  • Plusieurs allers-retours en boutique
    • Compléter nos idées
    • Demander des conseils car débutants dans manipulation papier
    • Budgétiser au plus près en nous faisant plaisir tout de même
    • Acheter les papiers, enveloppes, matériel (tampons, poudre embossage, cire, etc…)
  • Plusieurs maquettes
    • Sur papier ordinaire
    • Sur papiers finaux

Découvrez toute l’histoire en détails ci-dessous. Prenez votre temps 😉 N’hésitez pas à revenir faire la lecture de tous les détails 😀

Objectifs maquettes papier ordinaire

Les quelques maquettes sur papier ordinaire réussis nous ont permis de  :

  • Déterminer les dimensions de la carte
  • Retenir les images à utiliser
  • Marquer les endroits de découpe
  • Lister les éléments nécessaires à l’élaboration de la carte
  • Choisir les polices d’écriture
  • Disposer les informations essentielles (nos coordonnées de l’époque, la date et lieu du mariage, etc.)

Maquettes_papier

  • Réaliser des patrons afin d’optimiser l’utilisation des papiers
    • Patron pour le faire-part : parties externes (couverture)

Patron_FairePart

 

    • Patron pour le texte d’invitation imprimé sur un autre type de papier que le faire-part

Patron_texteinterieur

 

Objectifs maquettes sur papiers finaux

Une fois la liste établie grâce aux maquettes papiers, il nous restait à valider certaines mises en oeuvre sur papier finaux comme :

  • Facilité de découpe
  • Choix des couleurs pour l’impression
  • L’emplacement des tampons et les couleurs
  • Les paramètres de l’imprimante pour éviter les bavures sur papier

Maquettes_finales

Une fois tous les éléments réunis, ne restait plus qu’à produire les centaines de cartes pour les invités (vin d’honneur uniquement, vin d’honneur + repas). Afin de ne pas trop se fatiguer, nous avions établi une chaine de production.

Patron_Impression

  1. Couper les pourtours du faire-part et des petites cartes pour indiquer la date limite de réponse à l’invitation et les numéros utiles le jour J
    Nous étions équipés de deux massicots pour effectuer cette tâche
  2. Couper la couverture de devant. En parallèle de cela, couper des morceaux de papier calque étoilé pour les coller sur l’emplacement de la découpe de la couverture de devant. (Mr au cutter (kirigami avant de connaitre le nom de cette activité) et Mme au collage)
  3. Perforer les endroits indiqués. Pour la perforation du bas de la couverture, le motif choisi nécessitait de la force. Ainsi une fois que Mme avait placé la feuille à l’endroit adéquat, Mr actionnait la presse pour donner de la force sur la perforation.
  4. Découpe et collage du texte intérieur

Au vu du volume à produire, nous avons effectué chacune des étapes au nombre requis (130 fois l’action 1 puis 130 fois l’action n°2, etc.)

Ce fut laborieux mais le résultat final en a valu la peine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *