Rien d’extraordinaire ! Ce n’est même pas un plat, ça ! Ce n’est pas de la cuisine !

Et pourtant, on peut faire plein de choses avec un oeuf et ce n’est pas toujours évident ! Combien ont réussi à faire un bon oeuf à la coque, un oeuf mollet, un oeuf poché ou autre ?

Sur certains d’entre eux, il existe un savoir empirique.
Pour faire un bon oeuf à la coque : 3 minutes dans l’eau bouillante ! Une simple maxime et pourtant si incomplète !

Ne vous êtes-vous jamais poser les questions suivantes :

  • Cela marche-t-il avec tous les calibres
  • Un œuf de canne, un œuf d’oie se mangent-ils à la coque
  • Pour l’eau, faut-il la saler ou pas
  • Comment faire pour que l’œuf ne se casse pas quand je le mets dans la casserole
  • Cela se déguste-t-il toujours avec des mouillettes
  • Vu la taille des œufs, n’existe-t-il pas des cuillères spécial œufs à la coque

Je n’ai pas la science infuse mais ce que je recommande c’est d’essayer et d’observer comment d’autres font.
Si je reprends mon exemple d’oeuf à la coque, je me souviens que mes parents avait un ustensile bien utile pour mettre les oeufs dans l’eau bouillante sans se brûler et en évitant de les casser. Je ne me rappelle pas son nom mais l’objet en question contenait une tige autour de laquelle il y avait 4 supports à oeufs. L’objet est plongé dans l’eau avec les oeufs et hop plus qu’à attendre le bon moment pour les retirer de l’eau !
Apparemment, après quelques recherches sur le net, cela s’appelle tout simplement un support à oeufs.
Et j’ai retenu également que seuls les oeufs frais peuvent être cuits à la coque.

Comme quoi, un ingrédient peut devenir un plat !

L’autre jour, j’avais envie d’accompagner ma tranche de jambon d’un œuf au plat au petit déjeuner. La plupart du temps, je suis déçue de mes œufs au plat : soit le jaune est cassé dans la poêle, soit le jaune n’est pas bien placé et cela sent le cassage du jaune au moment du dressage…
Alors j’ai essayé une technique qui marche plutôt pas mal. Au lieu de casser l’œuf au-dessus de ma poêle et de le mettre en entier, je sépare le blanc du jaune (que je conserve dans la coquille cassée) et une fois le blanc « mouillé » (cuit mais pas trop pour que le jaune puisse « accrocher »), j’ajoute le jaune au milieu de mon œuf au plat.

 

Ce matin-là, j’ai réussi un exploit que je n’arriverais sans doute pas à reproduire. J’ai exécuté la technique expliquée plus haut et avait bien l’œuf au plat que je désirais dresser dans mon assiette. Lors du dressage, je soulève à l’aide d’une spatule plate l’œuf au plat pour le mettre dans l’assiette et là, le jaune d’œuf n’a pas voulu rester en place, il a glissé tout droit dans l’assiette tout le long du blanc d’œuf que j’extirpais de la poêle et voici le résultat

 

Une réponse à Oeufs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *